NOUS EMBAUCHONS! Explorez une carrière chez Équipement SMS. Postes Vacantes
novembre 10, 2021

Bulletin Construction Numéro 1

5 règles pour éviter que votre équipement de construction ne tombe en panne en hiver

Avec le climat froid du Canada et de l’Alaska, des mesures supplémentaires sont nécessaires au maintien du bon fonctionnement et de la sécurité des équipements tout au long de l’année.

Dans cette édition du coin des experts, nous avons recueilli les avis de deux superviseurs de service d’Équipement SMS qui sont responsables de maintenir des centaines de pièces d’équipement en état de fonctionner pendant la saison hivernale. Le superviseur de service Stephen Stanley gère une équipe de techniciens de service qui maintiennent l’équipement dans leur atelier, alors que l’équipe du superviseur de service routier Terry Penner traite les appels sur le terrain. 

Voici cinq règles, de Stephen et Terry, pour assurer le bon fonctionnement de vos équipements et la sécurité de vos travailleurs. 
Le saviez-vous? En février de cette année, Winnipeg a établi un nouveau record de -38,8 degrés Celsius, l’ancien record de -37,8 degrés ayant été établi en 1879.
 

La préparation à l’hiver commence par une mise au point minutieuse pendant l’automne. Le fait d’amener la machine à l’atelier pour des raisons préventives peut apparaître comme une interruption dans un horaire déjà chargé. Pourtant, il s’agit du seul moyen de réduire les risques de temps d’arrêt coûteux et les menaces à la sécurité de l’opérateur, un point encore plus crucial. Changer la graisse et l’huile pour des produits hivernaux, ajouter un agent de conditionnement pour carburant, échanger les filtres KCCV, et effectuer une vérification approfondie de tous les systèmes électriques; ce sont tous des points qui devraient faire partie du programme.

Stephen : Nous ne savons jamais vraiment où l’équipement va se retrouver, alors nous le préparons toujours en vue de la pire situation. Donc pour nous, ça ne fait pas de différence s’il fait -10 ou -45 degrés dehors. Une fois que la machine est passée par notre atelier, je l’enverrais n’importe où dans le monde


Ventilation à carter fermé du système d’injection de Komatsu (KCCV)
Les émissions de carter (dispositif de dégazage) passent par un filtre KCCV. Le filtre KCCV capture la bruine d’huile qui est renvoyée dans le carter, alors que les gaz, presque sans bruine d’huile, sont acheminés à l’admission d’air.

Un équipement maintenu de façon inadéquate peut faire défaut de façon imprévue, créant des situations potentiellement dangereuses pour les personnes qui sont sur le terrain. C’est particulièrement vrai dans les régions éloignées où il est possible d’attendre des jours pour obtenir de l’aide.

Terry : Plusieurs des incidents que nous voyons concernent les dispositifs antipollution du groupe 4. Si un dispositif n’est pas maintenu ni étalonné adéquatement, cela peut éteindre la machine ou la restreindre à tourner au ralenti. Donc un opérateur peut se retrouver coincé au milieu de nulle part dans une machine qui ne bougera pas, sans chaleur dans l’habitacle. 

Stephen : Un fait auquel les gens ne pensent pas toujours, c’est que si un équipement se brise sur une route de glace, cela pourrait bloquer l’accès à une collectivité entière. 
Nos hivers sont imprévisibles. On se réveille parfois en présence d’une couche de glace ou de neige fraîche alors que d’autres fois on échappe complètement aux conditions arctiques. Mais une chose est certaine, les températures sont à la baisse et tout comme vous le feriez pour votre auto et vos autres équipements d’extérieur, votre équipement Komatsu a besoin d’un entretien spécial et de mesures préparatoires pour  l’hiver. 

Téléchargez notre guide de vérification hivernale

Il peut paraître contraignant de démarrer une machine par temps froid lorsque la pression monte pour achever les travaux. Toutefois, les méthodes de démarrage établies garantissent que les étapes adéquates sont effectuées et que l’équipement continuera de fonctionner de façon fiable.

Stephen : L’équipement est actionné hydrauliquement et il y a beaucoup d’huile à réchauffer. Les procédures de réchauffement sont donc cruciales. Mais les dispositifs antipollution du groupe 4 ne permettent pas le fonctionnement au ralenti pendant bien longtemps. Vous devez donc laisser la machine se réchauffer jusqu’à dix ou vingt minutes, puis commencer à travailler immédiatement, autrement le dispositif antipollution l’éteindra. 

Terry : L’une des principales causes lorsqu’un équipement ne démarre pas, c’est la défaillance de la batterie et, mis à part un entretien préventif inadéquat, un trop grand nombre de démarrages à froid peut constituer une cause importante pour ce problème. S’il fait -30 degrés, que vous allumez un équipement qui n’a pas fonctionné depuis quelques jours et qu’il n’y a pas de chauffe-moteur ou d’autre source de chaleur, comme un chauffage auxiliaire au diésel, cela met le système de démarrage à rude épreuve. Si vous ne respectez pas votre équipement, il vous punira.


Téléchargez notre guide sur l’entretien de la batterie       

L’équipement a évolué dans la dernière décennie. Pour rester opérationnel et sûr en hiver, il faut s’assurer que les connaissances des opérateurs sur les procédures sont à jour et que ceux-ci comprennent les signes avant-coureurs d’un dysfonctionnement de l’équipement.

Stephen : Plusieurs personnes pensent que l’équipement est similaire à une voiture et qu’il suffit de mettre le contact et de prendre le volant, ce qui n’est pas le cas. D’autres personnes de l’industrie ont appris à faire les choses d’une certaine façon il y a dix ou quinze ans, mais cela a changé en raison de la technologie et parce que les machines ont changé. Mais ce n’est pas tout le monde qui est à jour de ce côté. 

Terry : Je pense que le manque de connaissances le plus généralisé est celui qui concerne le système de contrôle des émissions, car c’est nouveau pour beaucoup de gens. Les opérateurs doivent donc connaître son fonctionnement et comprendre les notifications. 
Mesure de précaution : Dans des températures de travail moyennes, les conduites flexibles peuvent se tendre, mais il est possible que les conduites hydrauliques craquent dans les climats froids. Le câblage électrique exposé et non isolé peut se fragiliser et se casser. Vous pouvez éviter ces problèmes en donnant à votre machine suffisamment de temps pour se réchauffer avant de la mettre au travail.

Soyons réalistes : l’entretien préventif peut apparaître comme une distraction coûteuse lorsque l’équipement fonctionne selon un emploi du temps très chargé et que vous avez de la difficulté à respecter les délais. Toutefois, lorsque les coûts de temps d’arrêt sont pondérés, les avantages financiers d’un entretien préventif sont bien établis. Cela est particulièrement vrai avec de l’équipement exploité dans les régions froides, où les risques de pannes et leurs conséquences sont décuplés. Donc que ce soit en amenant l’équipement à l’atelier pour un entretien programmé, en effectuant des vérifications de sécurité ou en s’assurant que les opérateurs respectent les procédures de démarrage par temps froid, il est essentiel de maintenir l’entretien d’équipement et la gestion du temps d’exploitation au premier plan.

Terry : Le fait d’avoir de l’équipement à l’arrêt pendant quelques jours est un gros problème pour nos clients. Cela coûtera cher et affectera d’autres aspects du projet, comme les autres machines, les équipes, les retards d’échéancier, etc. Il peut aussi y avoir beaucoup de contraintes de temps. Par exemple, si vous empruntez une route de glace, vous pouvez disposer d’un nombre limité de jours pour réaliser le travail et vous aurez plus d’équipements à l’arrêt. 

Stephen : Si une machine ne démarre pas et que le lieu de service le plus proche est à 900 kilomètres, cela pourrait vous coûter des milliers de dollars pour vous y rendre. Et puis vous vous retrouvez au milieu de nulle part à essayer de faire chauffer quelque chose ou de changer l’huile lorsqu’elle ne veut pas couler. Tandis que si vous l’aviez amenée à l’atelier, il aurait été possible de purger et de changer les huiles ainsi que l’agent de conditionnement du carburant, et tout cela à une fraction du prix.
Mesure de précaution : Rappelez-vous que les conditions météorologiques affectent aussi l’environnement dans lequel vous évoluez. Le gel en profondeur peut rendre le creusage extrêmement difficile et exercer une grande pression sur les composantes de votre équipement. Les roues et les chenilles peuvent également glisser beaucoup plus facilement sur le sol gelé ou glacé, risquant ainsi de blesser des gens ou d’endommager les autres machines ou les structures.

Conclusion :

Les mesures préventives sont souvent mises en veilleuse pendant une saison de construction chargée. Le défi est que ces mesures ont un coût visible et des désavantages. Pourtant, les avantages passent souvent inaperçus, car ils s’accumulent au fil du temps – les avantages de se préparer à l’hiver incluent moins de temps d’arrêt, moins d’incidents de service et une durée de vie de l’équipement prolongée. Cependant, les avantages les plus importants sont la confiance que les opérateurs peuvent accorder à un équipement bien entretenu et utilisé adéquatement ainsi que la tranquillité d’esprit et la productivité plus élevée qui en sont des résultats directs. L’hiver, plus que tout autre moment de l’année, met ces facteurs en perspective. 

 

Abonnez-vous à notre bulletin de construction mensuel
Recevez des articles d’experts

Recevez des articles d’experts portant sur des sujets approfondis qui répondent à vos questions.

joindre ici !

Prochaine étape :

Aimeriez-vous en discuter avec notre équipe de service et vous assurer que votre équipement soit prêt pour l’hiver?
Notre équipement fonctionne actuellement dans certains des emplacements nordiques qui connaissent des climats les plus froids, l’Alaska, le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, et ailleurs.